Michel Théron est un habitué de FM PLUS 91 FM à Montpellier et nos auditeurs et auditrices le savent, Michel Théron écrit. Michel Théron réédite aujourd'hui  Les mystères du credo, un christianisme pluriel aux éditions BoD.

Michel Théron, dans sa préface,  annonce un travail de détective littéraire en disant  qu'un chercheur en littérature littéraire s'occupe de ce qu'un texte peut dire.

Quand on dit credo,  il y a en fait deux textes, le symbole des Apôtres et le symbole de Nicée. Deux textes que Michel Théron analyse presque mot à mot.

J'ai fait un choix de mot sur lesquels Michel Théron s'arrête pour en montrer l'histoire, le sens que l'on peut y mettre. Par-exemple : la formule Dieu tout-puissant que l'on trouve dans les deux textes. Dans le symbole des apôtres, Je crois en Dieu, père tout puissant ; et dans le symbole de Nicée J'ai foi en un seul Dieu, père tout puissant. 

Un autre terme : engendré. Pour le croyant ordinaire, cette question liée à l'engendrement reste embrouyée, ou pire il n'y a pas le sentiment d'un problème.

Cette question de l'engendrement conduit à la question sur Marie, la vierge Marie.

Le Symbole de Nicée est plus long que le symbole des apôtres et apporte des éléments qui disparaissent dans le texte du symbole des apôtres comme par-exemple ce passage Lumière née de la lumière, Dieu vrai, engendré d'un Dieu vrai, non fait, consusbtantiel au Père, par qui la totalité des choses vint à l'existence. Pas évident pour un croyant d'aujourd'hui.

Le point central du christianisme c'est la crucifixion de Jésus, dont il est question dans ces deux textes du Credo.

Pour la résurrection, il est question de croire en la résurrection de la chair, et dans le symbole de Nicéé j'attends la résurrection des morts.

Michel Théron a cette belle conclusion, écrite à la fin du résumé du livre : il faudrait que le croyant pour être plus lucide se rende compte que dans la générosité de garder ces deux textes se crée une richesse que vous estimez préférable à leur cohérence. Il faudrait aussi que l'incroyant s'en rende compte pour qu'il soit moins ricanant. Le livre ne démystifie rien. Ces contradictions font vivre, et la stricte rationalité n'a jamais fait battre le cœur.

PartagerShare on FacebookTweet about this on Twitter
Arrêt aux pages – Michel Théron, Les mystères du credo

Guylène DUBOIS


C'est dans le cadre d'une carrière professionnelle dans l'univers du livre que Guylène Dubois a animé pendant 16 ans des émissions littéraires, théologiques et sur le livre numérique, à l'antenne de Fréquence Protestante, à Paris.


Post navigation


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *