« Ce qui ne peut être nommé », ou la Grandeur de l’Invisible. ➢ Chapitres QUATORZE et QUINZE : « Mes yeux s’écarquillent et je ne Le vois pas : il s’appelle l’Invisible ».

PartagerShare on FacebookTweet about this on Twitter
Billet d’humeur de Marie Tuyet – 2018 novembre #5 : Ce qui ne peut être nommé

Post navigation


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *