À l'aube de la Deuxième guerre mondiale, les big bands continuent de donner le ton dans le monde du jazz mais les limites commencent à se faire sentir. Le répertoire swing se fige, se commercialise, adopte un caractère routinier, et les innovations en termes d'arrangement et d'orchestration, qu'apportèrent Duke Ellington et Count Basie, semblent indépassables. Beaucoup de musiciens ressentent ce besoin de nouveauté et l'on entend leurs premières expérimentations musicales au Minton's Playhouse et au Monroe's, situés dans le quartier d'Harlem

Mais c'est au sein des grands orchestres swing que l'on voit apparaître de très grands solistes qui feront la transition avec la génération bebop. Car si Louis Armstrong occupe toujours la première place du podium, quelques musiciens commencent à se bâtir une solide réputation, affirmant leur personnalité singulière avec ingéniosité, et gravent des faces, devenues aujourd'hui historiques…

Au programme :

James Brown – Say It Loud

– Extrait du film "Jammin' The Blues" de Gjon Mili (avec Lester Young)

– Roy Elridge – Rockin' Chair

– Memories of You – Louis Armstrong

– Benny Goodman Quartet – Moonglow

– Billie Holiday & Lester Young – The Man I Love

– Billie Holiday & Lester Young – Fine And Mellow

– Coleman Hawkins – Cocktail For Two

– Coleman Hawkins & His All Star Jam Band – Crazy Rythm

– Coleman Hawkins – Body & Soul

PartagerShare on FacebookTweet about this on Twitter
Black Power : #5 part 1, les grands solistes des années swing

Benoit Nier


Benoit, pianiste amateur, étudie en licence Musicologie à l'Université Paul-Valéry de Montpellier, et suit parallèlement des cours d'orgue au Conservatoire de Montpellier. Il présente l'émission Black Power, diffusée un dimanche par mois à 20h30 , dans laquelle il nous parle de l'histoire et de la musique du peuple afro-américain, du début de l'esclavage jusqu'aux années 1980.


Post navigation


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *