Le jardin d’Olivier. Olivier PUECH

Amis auditeurs bonjour . Les jardins potagers peuvent être partagés mais ils peuvent aussi ne pas l’être tout en étant des terrains d’expérience partagée. Il est vrai que dans ce monde où tout va vite, où tout finalement se calcule en terme de temps, où le temps et l’heure sont les éléments que nous surveillons, contrôlons le plus souvent dans notre journée, dans notre vie (quelle heure est il ? Aquelle heure on s’en va ? A quelle heure elle arrive ? A quelle heure on mange ? Et j’en passe…), dans ce monde de vitesse donc, le temps du jardin nous rappelle que les heures et les jours sont incompressibles et que si une graine de courge a besoin de 120 jours (au hasard) pour faire une courge, nous n’y changerons rien, et c’est tant mieux. Olivier PUECH, que je reçois aujourd’hui pour nous parler de son jardin et du livre qu’il y a consacré, (« Le jardin d’Olivier » aux éditions Terre Vivante) illustre parfaitement cette incompressibilité du temps. Il l’illustre par sa pratique, en nous expliquant que la tomate ou le poivron doivent prendre leur temps pour pousser, pour mûrir, et pour être capables eux même de faire de nouveaux poivrons ou de nouvelles tomates, mais il l’illustre aussi, cette importance du temps, par sa patience à nous faire partager ses secrets, par sa pédagogie et l’amour qu’il a de cette pratique horticole. Son livre est une véritable mine de renseignements pratiques, sages et réalistes et non allons essayer aujourd’hui d’en savoir un peu plus avec lui sur ce livre, sur son activité horticole et sur les tenants et les aboutissants de cette pratique.

Le domaine des possibles : Christian Faure reçoit Olivier Puech

Post navigation


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *