Chapitre 9 de l'enquête menée par les intrépides limiers du Manoir du crime. A suivre aussi sur le FB de l'émission, la bataille de Rivoli.

Alors que je discutai agréablement avec Monsieur Zola à la Fête de lancement de l’Insubmersible, nous fûmes interrompus par un cri d’alerte et un bruit de verre brisé. J’eu à peine le temps de voir Paul s’élancer à travers la vitrine du restaurant que déjà le mouvement de foule me portait au dehors.

Nous venions de subir une attaque (surnaturelle ?) de la part de cette vermine d’Eliésaire et sur les conseils de Madame de Bressi, nous ne devions pas rester à un endroit connu de lui. Même nos domiciles ne sont plus sûrs avec ces cancrelats du COSM qui pullulent encore sous terre.

Paul et Eugène se précipitèrent évidemment en direction de la Chapelle Noire à bord d’un fiacre. Edmond Gustave temporisa la situation auprès de ses invités puis m’accompagna à la Préfecture. Au vu des évènements récents je suis réduite à tenir mon père informé de mes faits et gestes, alors autant lui demander des hommes pour nous aider à régler définitivement cette situation qui a déjà bien assez durée.

Nous fûmes rejoints par le Capitaine Illyouchine et notre équipée s’engouffra dans les égouts où nous retrouvâmes assez facilement Messieurs Pons et Collin. Dans les tunnels, nous voilà encerclés par les ordures locales et leur non moins charmant commanditaire : Sire Elixir d’étron de Peyrefittes. S’en suivit une échauffourée dans le dégoût où je remerciai secrètement les hommes de mon père et du Capitaine de leur présence.

Une fois cette baltringue de Dupuy de Perfide aplatie par Paul, et refroidie par Eugène nous pûmes continuer d’avancer.

Au détour d’un boyau souterrain Eugène se fit attraper à la gorge par Paul Les Rats, aveuglé par sa vengeance et celui-ci ne le reconnu tout à fait qu’en entendant au loin la voix de Paul. Paul Pons, celui qu’il tenait pour responsable de la mort de son fils. Accablé par la mort brutale de l’innocent Théophraste, il s’était proclamé épurateur des tunnels et avait fait remonter au grand jour parisien ces enflures de Cosaques morceaux par morceaux. Bien sûr mon père n’était pas content de cette actualité macabre, mais si vous voulez mon avis, c’était ça de moins d’occupé à nous tirer dessus !

Heureusement la fatigue et un peu de tendresse ont su apaiser l’immense justicier qui se fit emmener à l’hôpital.

Nous avançâmes encore, mais arrivés devant l’entrée de la Chapelle Noire, nous étions attendus par une crapule notoire. Le Patron nous fit son numéro grand guignol, histoire de faire oublier à Eugène que son mentor n’est avant tout qu’un salaud de première. Subitement Edmond se sentit mal, non sans rappeler l’infortune de Paul, et je me retrouvai à le tirer loin du danger juste au moment où des coups de feu retentirent et où le corps du Patron s’effondra au sol.

Bravant courageusement ses larmes, Eugène se précipita dans la Chapelle Noire où il se fit cueillir par une balle. Paul, entré à ses trousses, s’emmêla les jambes dans le bout de ferrailles qu’il traînait avec lui depuis le début des hostilités et se retrouva allongé pour le compte.

Le Capitaine Illyouchine et ses hommes finirent par charger pour récupérer nos amis et nettoyèrent enfin définitivement cette tâche de Mage Eliésaire. Profitant de l’agitation, je récupérai soigneusement la clé de ce lieu maudit avant de secourir mes amis.

PartagerShare on FacebookTweet about this on Twitter
Dossiers 1900 : chapitre 9 du jeu de rôle animé par l’association le Manoir du crime

Post navigation


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *