Chapitre 7  de l'enquête menée par les intrépides limiers du Manoir du crime. A suivre aussi sur le FB de l'émission

Tomber de charybde en scylla. Voilà une expression que nos compères apprennent à connaître.
Le brave Louis Naudin, domestique de son ex-état n’étant plus, l’enterrement de ce courageux et mystérieux flegmatique s’imposa par force des traditions. Mais voilà que Jeanne Lépine manque à l’appel ce jour-là.
En effet, ce matin-même, les deux beaux esprits de la sureté, Chapuis et Morvec, embarquent la pauvre femme devant le cimetière même. Direction : un endroit inconnu en dehors de Paris.
Les gentlemen du kidnapping vont l’enfermer dans une geôle aussi grande que leur esprit – c’est dire si la pauvre est à l’étroit – et les yeux bandés. Du fond de sa geôle, Mlle Lépine aura le bien triste honneur de faire connaissance avec le patron de notre ami Colin, à savoir Gaston Lantier, qui fera généreusement montre de ses talents ès torture.
Tout philanthrope qu’il est, ce tendre bourreau des coeurs et des articulations ne donne pas dans le bénévolat. Dans ce bas monde, on n’a rien sans rien. C’est ainsi que le Patron va l’amener devant ses employeurs, le fameux duo des humanistes louis Dupuis Amédée de Peyrefitte et Adelaïde Beaumont de la Tour, tous deux avides d’informations.
Néanmoins, têtu comme elle se l’est permis, l’obstination de Jeanne à refuser de répondre fera promettre à ses détenteurs la mort d’Eugène Colin et Paul Pons.
Durant ce temps, nos compères masculins, désemparés sans leur balise féminine, oeuvre tant bien que mal pour retrouver la trace de Jeanne et parviennent à apprendre que celle-ci s’est fait emmener en villégiature forcés bien au sud de la capitale. Nos amis ont de quoi se faire un sang d’encre. Vous savez ce que c’est ? Emmener un parisien en province, il ne tient pas deux jours !
C’est pourquoi, tenant à la voir revenir dans l’air sain du Paris industriel, ils sollicitent l’aide du Mage Nox. Seulement, plus collés par leurs ennemis que les miséreux par la famine, Morois et Pons vont quelque peu compromettre l’identité en trimballant la vermine jusqu’au cimetière du poète des tombes modernes.
Convaincu par la méthode Lantier, Jeanne Lépine finira par avouer comment se rendre à la Chapelle Noire. Bon prince, le Patron acceptera de transmettre l’info aux 3 autres justiciers en errance.
Ce même jour, Morois fera mettre sa famille à l’abri avec l’aide du clan des Rats. Dans le même temps, chose promise étant chose due, Colin se fera prendre en chasse par du cosaque affamé. Il n’échappera à la douce faucheuse que part une claque entremetteuse envers un agent de la maréchaussée qui, sensible à son geste, l’enverra dormir en cellule, non sans un passage à tabac de circonstance.
Le lendemain ne sera pourtant pas porteur de bonne augure. Après sa nuit auprès de la communauté oenologue amateur de Paris, Eugène Colin, pourtant non-fumeur, aura le droit au second passage à tabac. Mieux vaut deux qu’une ! Et sera embarqué sur le champ dans le fiacre de M Louis Lépine en personne, préfet de police et père d’une jeune femme kidnappé.
Débarquant chez Morois & Cie, le pauvre papa furieux exigera explications aussi promptes que concises. Nos amis, de peur d’être exécutés, s’exécuteront aussitôt et lui révéleront tout. Après leur promis de mettre un terme à leur carrière respectives, Louis Lépine les assignera à résidence, avec interdiction d’aller respirer l’air du dehors.
Au même instant, la fille Lépine fera à nouveau face aux trio De Peyrefitte, De La Tour, Lantier. Elle n’aura que le temps de s’épandre en verbiage des plus foisonnants, gage d’une éducation complète avant que De Peyrefitte ne se mette à menacer son père. Menaces qui tomberont en désuétude quand Adélaïde Beaumont de la Tour se mettra à danser façon Cosaque au Sacré-Coeur, à savoir une rupture nette et soudaine des vertèbres cervicales à l’insu de son plein gré.
Ainsi, voilà notre équipe scindée : d’une part nos 3 célibataires enfermés dans une luxueuse prison qui se demandent comment en sortir et être utile. D’autre part : Jeanne qui, malgré les débordements extérieurs, remercie le Mage Nox en son fort intérieure.
Ne reste que ces questions ; qui sera le prochain à tomber ? Et dans quel camp sera-t-il ?"

Et le lien de téléchargement : https://we.tl/LnRi1FrAIU

PartagerShare on FacebookTweet about this on Twitter
Dossiers 1900 : chapitre 6 du jeu de rôle animé par l’association le Manoir du crime

Post navigation


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *