Même pas peur !

On a beau être une personne optimiste, pleine de projets, tournée vers l'avenir, il y a des jours où l'on ne voit pas comment traverser la forêt envahie d'épines et de ronces. 

Alors que j'étais gérante de ma petite entreprise, un jour où je ne discernais plus de chemin à suivre, j'ai ouvert la lettre d'une cliente qu y avait glissé, en accompagnant son courrier administratif, une amicale carte imprimée du verset : "n'aie pas peur !" Cette injonctin biblique apparaît, nous disent les encyclopédies bibliques, 365 fois dans la Bible. Reprise par le pape François, et avant lui par Robert Hossein ou Frédéric Lenoir, elle est très populaire. A ce moment-là précisément, les mots "N'aie pas peur" firent sens pour moi, en écho à mes difficultés exitentielles. Je les connaissais ces mots, mais ils n'avaient jamais eu cette résonnance, cette capacité à changer mon regard, à me détourner de mes difficultés. Toutefois, ce "n'aie pas peur" n'aurait pas eu cet éblouissement si, de mon côté, je n'avais pas mené une longue analyse où patiemment sur le divan, je faisais peu à peu voler en éclats les cailloux de calcaire de mes peurs. L'analyse m'a permis de les identifier, de les desceller, de les dissoudre, de les rendre tellement inoffensives que, bien que toujours présentes, elles ne sont plus un danger. 

Le travail analytique, cette inconditionnelle liberté que donnent l'expérience du divan et ce diktat de la parole sans l'attente de réponse – si ce n'est la parole silencieuse de l'analyste – a circonscrit ces peurs génératrices de mort. Petit à petit, il a laissé une place libérée de ce poids. Une place élargie qui ne demandait qu'à être occupée par un autre sentiment, léger, vivant, en mouvement : l'amour. L'amour dans ses multiples dimensions. L'amour juste humain pour celui qui l'on ne connait pas et qui se présente à soi. L'amour filial. L'amour familial. Et bien sûr le plus grand, l'amour des amoureux. Ce sentiment qui nous met en situation d'acquiescement avant toute autre impulsion. Ce sentiment qui amène fludité et respiration, amplititude et mouvement. 

Et puis, dans cet espace vivant et libre, j'ai imaginé que Dieu pouvait y trouver sa place. Une place centrale. Une place elle-aussi en mouvement, une place qui laisse d'autres places. Un Dieu auquel j'essaie maintenant d'"accéder", de donner une identité. Un Dieu que j'essaie d'appeler, de nommer. Un Dieu qui ne serait pas envahissant, omnipotent et omniprésent, mais lui aussi en mouvement. Un Dieu vivant qui se déplace, à l'écoute. Un Dieu qui réconcilie et mon temps féminin et terrestre, et ma recherche spirituelle. Mais cela est une autre histoire. C'est la continuité du parcours pour lequel la thélogie du protestantisme libéral, avec la théologie du Process, me donne les poteaux indicateurs, un parcours que je n'ai pu accepter qu'après avoir entendu ce message "N'aie pas peur". 

Guylène Dubois, pour le CEP magazine protestant régional , Cévennes-Languedoc-Roussillon, janvier 2017, n° 603.

[BLOG] Même pas peur : article in Le Cep, janvier 2017.

Guylène DUBOIS


C'est dans le cadre d'une carrière professionnelle dans l'univers du livre que Guylène Dubois a animé pendant 16 ans des émissions littéraires, théologiques et sur le livre numérique, à l'antenne de Fréquence Protestante, à Paris.


Post navigation


Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *