Michel Barlow est un auteur prolifique. Pas moins de 85 ouvrages rédigés depuis 1965, dont un essai sur Gilbert Cesbron, des ouvrages pédagogiques et des ouvrages théologiques. Ses deux derniers titres sont deux recueils joliment édités aux éditions Passiflores illustrés par Sylvie Lucel. Le premier 12 âneries et le second Au bonheur des anges. J'ai le sentiment Michel Barlow qu'avec ces deux derniers livres vous vous bien amusé. 

Au bonheur des anges rassemblent 16 récits.Leur point commun : l'inspiration biblique. Mais au-delà de cet aspect, comment les avez-vous imaginés ? 

Il y a des récits qui commencent par "Il était une fois" comme celui intitulé "Comment l'archange Gaspard devint fumeur de pipe". ou encore dans Le petit ange Cabriole et la liturgie des grenouilles p. 49.  Est-ce que vous qualiferiez ces récits de conte ? 

Si je prends l'exemple du récit "Comment la vierge Marie rendit le sourire à un jeune ange en pleine crise d'adolescence" qui commence par 'j'en ai marre, marre, plus que marre et hypermarre", dans quel type de littérature l'intégreriez-vous ? 

Vous avez l'art de mêler les anges à notre quotidien. Par-exemple, dans Les anges gardiens et la pêche aux mots (p. 119), ou encore dans Les anges ponctuations et les rythmes du coeur p. 141, vous vous amusez à des jeux de mots, aux jeux de langage. 

Comment souhaiteriez-vous que le lecteur soit après la lecture de Au bonheur des anges ? Curieux, satisfait, rieur… ?

Arrêt aux pages – Michel Barlow, Au bonheur des anges et 12 âneries

Guylène DUBOIS


C'est dans le cadre d'une carrière professionnelle dans l'univers du livre que Guylène Dubois a animé pendant 16 ans des émissions littéraires, théologiques et sur le livre numérique, à l'antenne de Fréquence Protestante, à Paris.


Post navigation


Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *